Mercredi 25 avril dernier, le duo Insecure Men, composé de Saul Adamczewski (guitariste pour The Fat White Family) et de Ben Romans-Hopcraft (du groupe Childhood) est venu secouer la salle du Point Éphémère à Paris.

 

La musique de Insecure Men est un délicieux mélange de chansons très pop, avec un background rock. Les paroles à l’humour noir (voire très noir…) contrastent avec une atmosphère à la fois enfantine et joyeuse. Cet univers sonore, très personnel et reconnaissable dès les premières notes, est mis en exergue dans le premier album éponyme du groupe, sorti le 23 février 2018.

Deux mois après la sortie de ce premier album, le groupe est venu fouler le sol parisien du Point Éphémère et a livré un concert planant et jubilant. 

Insecure Men a invité Raf Rundell en première partie, qui a délivré ses jolies chansons au public. Une agréable découverte, qui a semblé mettre tout le monde d’accord. La première partie se clôture sur le  groovy « Sweet Cheeks », en duo avec ShowBoy.  

21h : le duo, accompagné de leurs six musiciens, arrive sur scène. 

Le groupe début avec « Cliff Has Left The Building », puis enchaîne les morceaux de leur premier album, mais aussi une version acoustique de « The Drones », de  The Fat White Family.

Malgré un petit accrochage avec l’ingénieur du son au début du concert, le groupe a ravi la salle et a maîtrisé le tout, avec nonchalance et talent.

Les trois claviers, le xylophone, le saxophone, la batterie, les deux guitares et la basse se sont parfaitement mélanger, enrobant la salle dans un drapée psychédélique. Derrière le groupe, des images d’archives était projetée sur un écran géant : allant d’images de dictateurs à celles de Gary Glitter, chanteur des années 1970 accusé de pédophilie et dont le groupe parle dans leur chanson « Mekong Glitter »

 

Je vous conseille plus que vivement d’aller écouter leur album et d’aller les voir prochainement en live, pour une claque sonore !

 

Crédit photo live : Margaux Hardelay 

Crédit Photo : Neil Thomson