DOGMA 01 [DGM01] By Precept

DOGMA 01 [DGM01] By Precept

Le 1er février dernier est sorti ce various artists lillois composé de cinq morceaux originaux et de deux remix, oscillant entre sonorités ambientes et rythmes techno. Une compilation produite par les artistes de Precept : Charpi, De Lycie, Ephere, Lito et par trois invités : parhelic shell, Rohr Sha et Vâyu. Le visuel quant à lui, a été réalisé par Elly, la graphiste du crew. 

Parhelic Shell – Eidôlon

Bombe expérimentale qui dégomme tout sur son passage, succession de couches prodigieuses, cataclysme lent et instinctif, ce morceau ouvre notre recueil de puissances avec brio. On entre dans le club où l’espace est rempli de regards transperçant mais pas que, les âmes semblent virevolter sur le chant des machines qui sont bien exploitées et choyées. Elles font le travail bien guidées par leur chef de projet qui a voulu sûrement dessiner un paysage sombre, une nouvelle guerre froide ou un énième Paradis sur Terre.

Lito – Vesania

Ambiance singulièrement mortifère pour ce deuxième morceau gris qui prend son temps pour nous emmener au cimetière. On avance entre les signaux, suivant un continuum religieux porté par un rythme lourd qui annonce la stupeur. Paralysie imposée par tant de beauté, les différents éléments pris séparément nous glaceraient le sang mais là le tout sonne extrêmement bien. L’unité musicale opère, signe de grand talent, de la hauteur de son auteur qui a du puisé dans l’horreur la jouissance et le vice assumé.

De Lycie – Mievotarkejaja

On continue l’ascension avec ce morceau plus optimiste, fait de subtiles frappes aiguës venant adoucir la situation. C’est comme ce moment en festival où tu trouves enfin le chill-out pour temporiser. C’est que parfois tu as besoin de respiration pour apprécier d’autant plus ce qu’il te reste à vivre. Son prescripteur s’est appliqué pour bien choisir la dose, répartir équitablement sa partition entre transe, imagerie noire et introspection.

Ephere – Wadi Sura II

Pépite attendue depuis le début, le recueil explose à ce moment où la montée se veut moins progressive, la track fonctionnant plus par à-coups. Avec une base bien accrocheuse et l’ajout d’un ensemble riche et cohérent, l’artisan a du être un peu fier à la découverte de ce qu’il venait de pondre, imaginant probablement ce qu’il pouvait en faire en live devant une foule de cerveaux déconnectés, corps libérés-lâchés tels des automates déprogrammés.

Charpi – Sleeparalysis

L’artiste explore son monde sonore pour aller plus loin dans l’introspection. Les sons choisis serpentent dans notre univers spatial pour nous laisser espérer un Meilleur. Un point commun se dessine alors peut-être sur ce recueil de puissances, c’est la manière dont elles sont structurées : une atmosphère de base, de couleurs différentes selon l’auteur, un rythme fondateur, puis différentes sonorités qui viennent se greffer et raconter quelque chose, mais plus qu’une histoire un instant, pour atteindre au final une unité, laissant à l’auditeur la liberté de partir par la danse ou par la pensée dans ses contrées lointaines.

De Lycie – Mievotarkejaja (Vâyu Remix)

On prolonge l’introspection avec une traversée assez folle où beaucoup de nos perceptions se mélangent, le rythme est un peu faux mais t’envoies vers des sommets, tu te sens plus léger qu’au départ. Tu as perdu quelques grammes de graisse échangés contre ce sentiment incomparable de liberté, de joie et de sécurité. Pas de raison de t’inquiéter ou de te réfugier ailleurs, tu es au plus près de ton élément, autour de toi l’espace vibre.

Parhelic Shell – Eidôlon (Rohr Sha Remix)

Dernière montée avant de rentrer. Plus chirurgical que les autres, ce titre nous surprend par le peu d’espace qu’il laisse entre ses différents fragments. Comme si son auteur voulait nous coincer, nous étriquer, se rapprocher de notre âme pour faire passer un message de la plus haute importance, celui qui ressortira de ce various à la fin : il reste tant de choses à vivre dans l’instant, tellement de visions à avoir à partir d’un seul élément, aussi petit-soit-il, il est tellement puissant car en connexion directe avec l’immensité du monde.

Fondé en janvier 2017, Precept est un collectif d’artistes musicaux et visuels inspirés par la musique atmosphérique et hypnotique allant de l’ambient à la techno. Precept se définit comme une structure oeuvrant pour la création, la production et la diffusion d’oeuvres à travers l’organisation d’événements, la création d’une chaîne de podcasts et pour fêter sa première année d’existence, le lancement d’un label avec cette première compilation.

https://www.facebook.com/Preceptcrew/